Dragon Ball le film : Akira, excuse les…

septembre 5, 2008

J’ai beaucoup apprécié le billet élogieux de Monsieur Dream sur le film que nous attendons tous, Dragon Ball. Il m’a permis d’apprécier à sa juste valeur, le scénario magnifiquement américanisé.

Pour l’attendre ce film, je l’ai attendu. Depuis le primaire je joue avec mes figurines, je regarde les dessins animés, les OAV, je joue aux jeux tous meilleurs les uns que les autres (sauf Tenkachi) et je lis les mangas. J’écoute encore aujourd’hui les génériques japonnais (chala head chala) d’une qualité inégalable. Imaginez ma réaction quand j’ai appris, il y a quelques mois, que le film allait sortir.

Imaginez maintenant ma réaction quand j’ai vu ça :

Difficile à croire mais cette chose est sensé représenter le héros de toute une génération et par la même occasion le héros le plus puissant de l’histoire (une pichenette et adieu Superman). Vous ne rêvez pas c’est SanGoku. Comment James Wong, le réalisateur du film, a t-il eu la brillante idée de prendre cet acteur maigrichon, typiquement américain (je dirais qu’il vient du fin fond du kentucky), sans charme et surtout à mille lieux de ressembler à Goku ?

Ainsi le synopsis du film nous apprend que SanGoku ne sera pas un être surhumain venant de la planète Vegeta doté d’une queue de singe et vivant dans la forêt mais un lycéen de 18ans qui s’apprête à faire une boum.

Comme si rater le héros le plus charismatique de mon enfance ne suffisait pas, la production a aussi raté avec une aisance incroyable le grand méchant du film, Picolo :

Dans le rôle de Picolo, j’ai nommé James Marsters, il était pas dans Buffy celui là ? Pourquoi il n’y est pas resté ?

Pour finir, car je me fais du mal, l’affiche du film avec Bulma en premier plan :

Publicités